Campagne de prévention au radon dans la Vallée de la Bruche


Du radon dans la Vallée de la Bruche

Inodore et incolore, le radon est un gaz naturel radioactif qui pénètre dans les maisons par le sous-sol. Dans le Bas-Rhin, la vallée de la Bruche est particulièrement touchée.
Depuis le mois de janvier, le niveau de radon est mesuré dans une centaine de maisons.
Au mois de janvier, 100 volontaires des communes de la vallée de la Bruche (Bas-Rhin) ont reçu un dosimètre, un petit boîtier qui sert à mesurer le niveau de radon dans leur maison. Au total, 25 des 26 communes de la vallée sont classées en zone 3 (sauf la commune de Muhlbach), c'est-à-dire avec un niveau de radon allant de moyen à élevé. Lancée par Atmo Grand Est, la campagne de sensibilisation a pour but de faire connaître aux habitants concernés les risques et les mesures à prendre.
Peu connu, le radon est pourtant la deuxième cause de cancer du poumon après le tabac en ­France (entre 1.300 et 3.000 morts chaque année). Ce gaz inodore et incolore est radioactif et est présent naturellement dans le sous-sol de certains territoires. Issu de la désintégration de l'uranium, il pénètre dans les maisons par divers moyens.

Un gaz radioactif naturel

Cave, fissure, sous-sol ou encore vide sanitaire, le radon trouve toujours des portes d'entrée (voir le visuel ci-dessous). A cela s'ajoute des conditions météorologiques favorables à sa présence et à sa propagation, comme l'humidité et la porosité du sol. Pour le mesurer, deux dosimètres ont été placés chez les élus et personnels des collectivités volontaires. "La mesure est réalisée en période hivernale, pendant la période de chauffe, ce qui est plus représentatif. L'été, ça ne sert à rien puisque les fenêtres sont ouvertes." explique Michel Marquez, responsable de l’unité accompagnement au sein d’Atmo Grand Est. L'appareil coûte près de 30 euros et a été financé par l'agence régionale de santé (ARS).

Placé dans une chambre de vie, comme le salon ou les chambres, "le dosimètre comprend un film photographique qui reçoit des rayonnements du radon. Le gaz laisse des impacts. A la fin, on compte leur nombre. Plus il y en a, plus le volume de radon est important." Le radon est calculé en becquerels par m3 (bq/m3). En 2009, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé un niveau de référence de 100 Bq/m3, et dans tous les cas de rester en deçà de 300 Bq/m3. Cette première expérimentation alsacienne permettra de mesurer la moyenne du volume de radon dans les différentes communes.

Pour diminuer la concentration du radon dans une habitation, plusieurs méthodes existent, comme la ventilation ou l'étanchéité des voies d'entrée.
"Il y a vingt ans, personne ne savait ce que c'était"

Dans la communauté de communes, les élus ont fait le choix d'informer avant d'expérimenter. "On ne voulait pas lancer la campagne directement auprès de la population. Beaucoup de gens ne savent pas ce qu'est le radon. Il faut informer sans faire peur et donc on a choisi des ambassadeurs", déclare Eric Muziotti, directeur des services à la communauté de communes. Dans chaque commune, la répartition s'est faite au prorata de la population.

Informer et prévenir, car le radon a désormais sa place dans les affaires de la vie quotidienne : "Sur les territoires concernés, ce n’est pas quelque chose de complètement exotique. Lors d'un achat, le notaire a l’obligation de vous indiquer si le bien proposé est situé sur un territoire de niveau 1, 2 et 3", indique Michel Marquez.

La première phase de l'expérimentation se termine à la fin du mois d'avril. Analysés en laboratoire, les résultats des mesures doivent permettre aux élus locaux de diriger leurs prochaines actions de prévention. Une seconde phase, cette fois menée avec les habitants volontaires des communes de la vallée, doit démarrer au mois d'octobre. 150 foyers seront équipés en dosimètres.

Source: Lena Romanowicz, France 3 Grand Est

Retrouver l'article en cliquant sur ce lien : http://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/bas-rhin-en-zone-a-risque-radon-des-communes-de-la-vallee-de-la-bruche-se-lancent-dans-une-campagne-de-prevention-2045569.html